Du bon usage du troubleau

 

Loin de vouloir être moralisateur, auprès des personnes qui se passionnent en batracologie, il est toutefois bon de rappeller que l’utilisation du troubleau peut être perturbante pour les animaux voire parfois mortelle. En effet, l’utilisation d’une épuisette dans une mare à partir de mars peut très souvent détruire les pontes des amphibiens. Pas seulement celles des grenouilles brunes ou vertes que l’on voit bien et qui peuvent être évitées, mais également les pontes des rainettes ou celles des tritons, très discrètes car situées dans les herbiers, de même que celles des crapauds, qui sont très sensibles à la manipulation.

Tous les batraciens sont protégés par la loi qui précise que tout dérangement de ces espèces sauvages (ainsi que la destruction ou même la dégradation de leurs habitats temporaires ou non) est interdit. Cela comprend la capture, la manipulation, l’éclairage de nuit, le transport, quelle que soit la phase de développement des animaux (œufs, larves, juvéniles, adultes).

Au point du vue réglementaire et en ce qui concerne notre utilisateur de troubleau, il doit avoir déposé sa demande de dérogation auprès de la préfecture et être en possession d’une autorisation individuelle de capture ou de perturbation intentionnelle d’espèces protégées pour l’année en cours (demande sur Cerfa n° 13 616*01).

Enfin, il faut rappeler qu’actuellement ces animaux sont particulièrement sensibles à une nouvelle maladie, une mycose (de son petit nom : Batrachochytrium dendrobatidis) qui provoque la chytridiomycose, pathologie fatale pour un grand nombre d’espèces. Ce champignon, qui se dissémine comme ces congénères par des spores, peut être transporté par le matériel utilisé comme l’épuisette, le seau, les bottes, les cuissardes, les waders, etc. Donc, faites bien attention donc à désinfecter correctement tout votre matériel après chaque capture.

 

Vous trouverez en téléchargement ci-dessous une notice d’utilisation pour le troubleau réalisée par La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers, avec l’aimable autorisation des auteurs. Plus d’informations sur www.lahulotte.fr

  

Informations supplémentaires